Collège Antoine Courrière
L’arbre et les cycles de la vie
Un mot
Un énorme merci à chacun des jeunes, pour l’attention portée, pour avoir su donner sans compter, pour l’écoute renouvelée, pour toutes les surprises de la pensée et de la langue qu’ils ont su poser sur le papier.
Valérie Schlée
Valérie Schlée
Autrice
La poésie nous a calmé et on a appris à écouter et à travailler ensemble. La poésie permet de s’exprimer et écrire librement en s’amusant. Un grand merci à Valérie qui (…) nous a appris la poésie.
Les élèves
Les réalisations

En bref

l'établissement
Collège Antoine Courrière
le lieu
Lieu-dit La Bertrande 11390 Cuxac-Cabardès
la classe
6e A (30 élèves de 10 à 12 ans)
les intervenants
L'autrice : Valérie Schlée | L'équipe enseignante : Mme Wheelock, professeur documentaliste, Mme Vignau, professeur de français, Mme Sarda, professeur d’Arts plastiques, M Surroque, professeur de SVT
le thème
L’arbre et les cycles de la vie

Rechercher dans le site

Souvenirs, souvenirs
L'autrice

Valérie Schlée

Autrice

poésie

Pour faire plus ample connaissance avec l'auteur, cliquez sur ce lien

Valerie Schlee

Un énorme merci à chacun des jeunes,

pour l’attention portée, pour avoir su donner sans compter,

pour l’écoute renouvelée, pour toutes les surprises de la pensée et de la langue qu’ils ont su poser sur le papier, pour leur grand courage à aller là où ils craignaient de s’engager (je pense à l’émergence de l’écriture mais aussi à la lecture à voix haute pour un public inconnu).

Un merci particulièrement appuyé aux deux enseignantes, Yaëlle et Beth, pour leur ouverture, leur accompagnement (des jeunes et le mien !), leur sensibilité partagée, le risque pris sans compter, leur finesse !

Et enfin, merci vraiment, à Occitanie Livre et Lecture pour avoir initié, soutenu et accompagné ce projet de création : cela a permis des conditions de travail et d’échange d’une qualité trop rarement mise en place !

A mon tour d’offrir un poème, collage d’extraits de mes livres…

Tout petit
nous construisons des cabanes
dans les arbustes de buis serrés
sous les arbres immenses.
Ici les feuillus semblent ridicules,
les buis arbres puissants
recouvrent le sentier d’un arc vert.
La forêt nous subsiste,
elle nourrit.
La forêt nous perd
et nous y retournons sans cesse,
où es-tu, où suis-je ?
Nous grattons pareillement les écorces
et la terre nous couvre.
Le sang bat comme un arbre très vieux.
Un arbre pousse au milieu des ruines
Tu me montres les nuages de pollen
qui déferlent au-dessus des arbres,
on dirait nos pensées en partance.
La cabane dans les arbres,
oser tirer le rideau des yeux plus loin
Un galet dans la main
tu cherches l’usure des lignes.
Entre les bouleaux en détention
l’empreinte du pied – devant.
Branches, nervures de feuilles
envisagent un tracé.
Tu écoutes les mots s’enliser dans le vent.
La terre dégage une brume
elle envoûte les mots de passage
poudre le livre en errance
et toutes les rencontres improbables.
Présage, le vent porte les mots plus haut
Tu deviens plante volubile
Le paysage respire avec toi.
Nous devenons arbre de feu.

(Extraits de : un objet silencieux, la vie est une chienne noire, un homme sort de terre)

L'établissement

Collège Antoine Courrière

Lieu-dit La Bertrande

11390

Cuxac-Cabardès

Chef d'établissement

Ludovic Bellini